Vins et millésimes: que réserve 2015 ?

Pensez vous que 2015 sera un bon millésime? Malgré les perturbations et les fluctuations économiques enregistrées cette saison, on peut toujours l’espérer. Les experts se prononcent sur la question…

Si les statistiques prouvent que bon nombre de productions agricoles ont été victimes de la sécheresse, le talon d’Achille de la vigne est l’excès d’eau. Donc après un été des plus secs, il y a fort à parier que la récolte 2015 de raisin laisse présager un grand cru, ce qui fera notamment plaisir à nos voisins de labouteillerie.com. Ces prévisions sont toutefois teintées d’une baisse qui ne devrait pas avoir trop d’influence sur la qualité du vin. Les professionnels estiment que la production atteindra la barre des 46,5 millions d’hectolitres, soit une chute de 1% comparé à l’année passée.

La France retrouve son titre de 1er producteur mondial

C’est la première bonne nouvelle, car après deux années dominées par des pluies et des températures par trop idéales, la France retrouve enfin son statut de leader mondial de la production de vin. Ce n’est pas pour autant qu’il faudra s’endormir sur ses lauriers, car ces chiffres peuvent encore être influencés par les conditions climatiques. Les experts affirment même que les récentes pluies peuvent permettre d’accroitre le potentiel de production, au fil du temps.

En ce qui concerne l’estimation faite par le ministère et les acteurs de la filière, on se rapproche de la barre des 46 millions d’hectolitres. Tout cela est bien entendu indépendant des problèmes liés à la canicule de l’été, et les températures qui ont freiné la maturation des baies de raisin. 2015 sera donc un bon millésime, et tous les acteurs de la filière pourront donc être très satisfaits de la production.

Bourgogne et beaujolais ne suivent pas

Si de nombreuses régions ont pu s’en tirer à bon compte et donc participé aux bons chiffres annoncés, le Beaujolais et la Bourgogne ne pourront pas en dire autant. Les grains sont extrêmement petits dans ces régions, ce qui fait que la production sera en baisse de 11% comparée à l’année dernière. Pour être plus précis, le Beaujolais à lui seul enregistre une baisse de -25% ! Aussi dans la région de Champagne, on s’attend à une baisse de 11%, respectivement -6% et -2% pour Charentes et l’Alsace.

De manière générale, on peut dire que les grosses chaleurs de l’été ont accéléré le début des vendages dans la plupart des vignobles. Si 2014 a permis de revenir à un calendrier assez conforme à la normale, 2015 n’a pas fini de dévoiler toutes ses surprises. Malgré tout, on s’attend à ce que la qualité soit au rendez-vous, même si le volume est moins important que les années précédentes. En somme, la maturité est optimale selon les spécialistes, et on peut d’ores et déjà s’attendre à des saveurs et une vinification porteuse de promesses.

En conclusion, il faudra retenir que 2015 n’a pas été une année de tout repos en matière de crus. Cette saison a connu beaucoup de perturbations qui auront forcement une incidence sur la production. Toutefois, les spécialistes sont assez optimistes, et promettent un millésime qui saura faire la joie des amoureux de vins. Rendez-vous est alors pris dans le verre, pour s’en rendre compte !

Plus d'articles de Perspectives Magazine

Accroître son chiffre d’affaires grâce à quelques pratiques astucieuses

Pour une structure, quel que soit l’activité ou le projet, le but...
Lire la suite