Créer une entreprise de recyclage, est-ce une bonne idée ?

Avec la quantité phénoménale d’ordures ménagères qui inonde la déchèterie, il est tout naturel que plusieurs entrepreneurs investissent dans l’industrie du déchet vert. Si cela présente toute une liste d’avantages, les obstacles ne sont pas moindres. Aussi, cela requiert une démarche fastidieuse ainsi qu’un système d’information efficace.

Recycler, c’est quoi ?

En quelques mots, il s’agit de donner une nouvelle vie aux objets jetés dans les ordures ménagères. Nos déchets peuvent être d’origine domestique (vieux manteaux, meubles vintages, bouteilles de bière, appareil électroménager en dysfonctionnement …) tout comme ils peuvent provenir des grandes sociétés, qui, notons-le, constituent un des plus gros pollueurs à l’échelle mondiale. Ces supposés « déchets » vont ainsi faire l’objet de récupération puis vont faire l’objet de tri sélectif de sorte qu’on ait des matières avec lesquelles l’on puisse travailler. Ce n’est qu’après que le vrai recyclage commence. Comme en Do It Yourself, l’entreprise a deux alternatives : celui de garder l’utilité première de l’objet, en enlevant tout simplement la crasse et en l’embellissant, ou de le transformer intégralement. C’est le cas des sachets en plastique, avec lesquels, on fabrique des pare-chocs de voiture et le fameux tissu « polaire », également des débris d’acier dont la gestion des déchets permet d’aboutir à une jolie boite aux lettres ou encore du papier toilette dont du compostage résulte de l’éco emballage ou de la matière organique.

Pourquoi entreprendre dans le déchet vert ?

Aujourd’hui, tout semble se poser en faveur de la création d’entreprise spécialisée dans le recyclage de déchets verts.  En effet, hormis la responsabilité élargie du producteur, la règlementation de France tient à rehausser les exigences du secteur. De plus que le domaine trouve sa raison d’être au centre de l’économie circulaire, celle-ci, bien vue du grand public sur le long terme. En conséquence, le gouvernement  ainsi que quelques agences de protections environnementales multiplient les appels visant à encourager l’innovation dans le secteur. D’où l’augmentation de l’emploi en termes d’éco conception, de réutilisation ou encore le concept de l’écologie industrielle, qui, bien que contradictoire, gagne du terrain actuellement.

Outre les bonnes faveurs du marché, la raison pour laquelle les activités de recyclage ont tant la côte repose principalement sur son modèle unique minimisant le prix des matières premières (flacon de verre, polystyrène, plastique, métaux recyclables, journaux et magazines…). Les charges sont même négatives, dans la mesure où se débarrasser des déchets ménagers encombrants devient payant dans un plan de la ville.

Les contraintes liées au projet

Certes, intégrer la filière semble alléchant. Cependant, il serait sensé de voir la réalité en face. La réalisation de ce projet n’est pas sans risque. Si l’on ne parlait que de l’importance de la concurrence, pour la simple raison qu’aujourd’hui, tout le monde cherche à faire le maximum de profits pour un minimum de couts. Après les établissements de services, une grande masse populaire se concentre sur  cette activité à l’heure qu’il est. Aussi, les déchets se font de plus en plus rare, depuis que les principaux producteurs deviennent, eux aussi, des recycleurs. Du coup, pour s’approvisionner en matières premières, l’on doit faire du porte-à-porte dans les pays d’Afrique, encore, en développement.

Mais ce n’est pas tout. Cette initiative requiert un investissement initial colossal. C’est ici, le cas des prix de diverses machines utilisées dans le nettoyage à grande échelle ou encore dans la transformation d’une chose ou une toute autre. Or, ces pratiques robotisées sont indispensables, si l’on veut s’épargner les frais de la main-d’œuvre à longue échéance. Sans oublier qu’un produit recyclé sera plus critiqué par le consommateur qu’un produit neuf.

Quelles obligations pour incinérer des déchets verts ?

Cela dépend en grande partie de l’activité que vous souhaitez exercer. En effet, vous avez le choix entre acheter puis revendre des détritus recyclés, opter pour un service de collecte sélective uniquement, le traitement des déchets métalliques que l’on peut recycler, et pourquoi pas en faire de même avec des cartouches d’encre ? La règlementation à suivre dépendra non seulement de votre plan de projet, le régime juridique que vous choisissez, mais tiendra aussi de la teneur en déchets dangereux de vos produits vis-à-vis de la communauté urbaine.

Plus d'articles de Perspectives Magazine

Pourquoi investir dans une servante facom ?

Que ce soit pour un professionnel dans le domaine du bricolage ou...
Lire la suite