Comment fabriquer du whisky maison ?

Aucune loi n’interdit à toute personne de fabriquer elle-même son alcool chez lui et par ses propres moyens. C’est valable autant pour le vin, que la bière et le whisky. Un whisky écossais, un whisky japonais ou du Kentucky n’est pas souvent à la portée de tous les budgets. Mais, il y a fort heureusement une tendance autour de la fabrication d’alcool maison. Pour du whisky, quelques étapes sont à respecter.

Choisir la base

Tout d’abord, vous avez besoin d’une base pour commencer. Le whisky est par définition un spiritueux à base de céréale (maïs, seigle, blé, orge ou un mélange de céréales). Cela ne fait pas vraiment de différence, même si chaque grain a un goût distingué. Pour un début, vous pouvez utiliser du maïs.

Le maïs produit beaucoup de sucre. Cela rend la production de votre whisky maison plus facile. Le maïs est aussi la céréale la moins chère à acheter en vrac, et probablement le plus facile à travailler à petite échelle. En effet, vous devrez utiliser un petit alambic affichant une capacité réduite (2 à 5 litres). Vous auriez donc besoin d’environ 1,5 kilo pour vous attendre à une quantité raisonnable de whisky, environ 5 litres de produit final.

Cuire la base

Le maïs doit cuire à une température extrêmement élevée pour extraire le sucre des grains. Chronométrez et évaluez la cuisson par vous-même. Si vous n’avez aucun moyen de procéder à la cuisson comme il faut, essayez d’obtenir un kit de brassage maison pour la bière et utilisez-le comme un kit de distillation. Il vous permet de régler la cuisson.

Démarrer la fermentation

Une fois que votre maïs est cuit et écrasé à l’aide d’un rouleau à pâtisserie, il est temps d’ajouter la levure dans votre bouillie de maïs cuite. La fermentation peut se faire dans n’importe quel type de récipient scellé. Mais si la température est trop élevée, la levure mourra.

La plupart des kits de brassage maison facilitent la fermentation de l’alcool dans un environnement contrôlé. La durée de fermentation prendra plusieurs jours durant lesquels votre purée pâteuse pré-whisky commencera à changer.

Mettre la purée dans l’alambic

Vous devez filtrer votre purée dans un certain type d’alambic. Une fois que de la vapeur d’alcool est produite, toute l’opération devient extrêmement combustible. Toute étincelle peut ainsi entraîner une explosion. Mais, si vous vous êtes offert un alambic certifié et provenant d’un fabricant réputé, vous ne risquez rien.

Surveiller la température dans l’alambic

Une fois que votre purée est déversée dans l’alambic, vous devez laisser ce dernier faire le reste du travail. Cependant, vous devez vous assurer que votre purée est à une température très chaude de 80 °C. La plupart des alambics pour la fabrication d’alcool maison ont un thermomètre intégré. Il est en effet important que vous surveillez la température à laquelle l’alcool s’évapore.

Distiller la préparation

À ce niveau de chaleur, l’alcool à l’intérieur du moût est converti en vapeur, et transformé en distillat raffiné à l’aide d’un condenseur. Ce dernier doit avoir de l’eau froide en permanence autour de lui. La vapeur qui monte à l’intérieur de l’alambic est reconvertie en liquide qui se déverse dans un nouveau récipient. C’est la liqueur de votre whisky maison.

Vieillir la liqueur dans un fût en chêne

Avant que vous ne déversiez votre liqueur dans un petit fût en chêne, retirez les quelques dizaines de millilitres de la distillation qui ont un degré d’alcool très élevé. Pour le reste, vous pouvez le mettre dans le fût. Le vieillissement peut prendre entre 8 à 12 ans.

Plus d'articles de Perspectives Magazine

En savoir plus sur le bitcoin

Les cryptomonnaies sont de plus en plus plébiscités au cœur des stratégies...
Lire la suite